Facebook Twitter Flickr RSS

Communiqué de Presse - 1

L’inclusion scolaire, de l’espoir à la désillusion

 

Alors que le Ministère de l’Éducation Nationale se félicite d’une meilleure Adaptation scolaire

et Scolarisation des élèves en situation de Handicap et des Élèves à Besoins Éducatifs

Particuliers (ASH/EBEP), la FCPE Isère constate que le compte n’y est pas !

Quotidiennement, la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves de l’Isère, représentant plus

de 11 000 familles, déplore des situations intolérables.

Faute d’enveloppe budgétaire adéquate définie par l’Éducation Nationale, toute la machine de

l’inclusion scolaire s’enraille, et la FCPE ne peut que déplorer :

 

  • Un nombre très insuffisant d’AESH (Accompagnants d'Élèves en Situation de Handicap) ;

 

  • Des RASED (Réseaux d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficultés) dépouillés de leur

personnel, incapables de répondre à toutes les sollicitations légitimes ;

 

  • Des enseignants motivés, volontaires et bienveillants, empêchés d’inclure convenablement

les élèves handicapés, par des classes surchargées et inadaptées ;

 

  • Un manque de formations spécialisées à destination des accompagnants et des professeurs.

 

Faute de moyens alloués par le Département de l'Isère, malgré toute l’énergie et le

professionnalisme déployés par les équipes pluridisciplinaires d’évaluation de la

Maison Départementale des Personnes Handicapées, des centaines de demandes concernant

la scolarisation d’enfants, sont en souffrance depuis plusieurs mois.

 

Faute de décisions, les SESSAD (Services d'Éducation Spéciale et de Soins À Domicile) sont

débordés engendrant des listes d’attente de plusieurs années !

 

Faute d’investissement par le Conseil Régional, beaucoup trop de jeunes Isérois, âgés de plus

de 20 ans, sont maintenus au titre de l’Amendement Creton dans des établissements pour enfants,

par manque de places dans des structures adaptées.

 

La FCPE Isère exige que l’ASH/EBEP devienne un enjeu prioritaire pour le Conseil Régional,

le Département de l'Isère et les services de l’Éducation Nationale.

 

Nos élus politiques et nos décideurs institutionnels doivent arrêter de se «renvoyer la balle ».

Cette situation honteuse et douloureuse pour des centaines de familles doit cesser au plus vite.

 

Ainsi la FCPE Isère, demande la tenue d’une table ronde avec tous les interlocuteurs concernés

par le sujet de l’ASH/EBEP : le Conseil Régional, l'Agence Régionale de Santé, le Département de

l'Isère, la Maison Départementale des Personnes Handicapées de l'Isère, l'Éducation Nationale,

les syndicats enseignants, les fédérations de Parents d’Élèves, les associations représentantes

de familles d’enfants handicapés, ...

 

Cette réunion devra être l’occasion de proposer des mesures concrètes, d’acter des engagements

forts et des décisions par nos représentants qui devront être tenues.