Facebook Twitter Flickr RSS
FCPE

 

L’INCLUSION SCOLAIRE EN ISÈRE

 

Mesdames et messieurs les membres du CDEN,

 

Nous vous interpellons, de nouveau ce jour, pour dénoncer la situation catastrophique en Isère, de l’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap ou à besoins éducatifs particuliers.

Alors que la France essaie de rattraper son retard considérable par rapport à ses voisins européens, l’Isère reste à la traine, loin de la tête de peloton.

 

Le temps des belles paroles et des promesses doit cesser, il est grand temps d’entrer dans celui des actes concrets.

Il est grand temps que l’Isère aussi respecte l’état de droit, respecte aussi l’équité pour tous les élèves.

 

La gestion des personnels AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) et AESH (Accompagnant d'Élèves en Situation de Handicap) est catastrophique pour les élèves et les familles.

Aujourd’hui plus de 200 enfants bénéficiant d’une notification de la CDAPH (Commission des Droits à l’Autonomie des Personnes Handicapées) n’ont toujours pas d’accompagnement.

Malgré une volonté présidentielle affichée, la situation s’est clairement dégradée en Isère.

Stop au double discours prétextant que les postes d’accompagnants ne sont pas pourvus par manque de prétendants alors que dans le même temps l’ Éducation Nationale ne renouvelle pas les contrats de personnels arrivés en fin de mission.

 

Que dire du manque criant de places en SESSAD (Services d'Éducation Spéciale et de Soins À Domicile), ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire), ou encore IME (Institut Médico-Éducatif)... pour lesquels les listes d’attente peuvent atteindre trois ans contraignant les familles à trouver des professionnels médicaux par leur propres moyens avec souvent un reste à charge financier conséquent?

 

Que dire de la gestion chaotique des transports par taxi pour les élèves en ULIS?

 

Que dire encore de ces maires refusant l’accès à la cantine à des élèves porteurs dehandicap prétextant un manque d’accompagnant ou des problèmes de locaux, faisant fi de la loi?

 

Que dire également des délais de traitement des dossiers déposés auprès de la CDAPH qui ne cessent de se rallonger faute de personnels, malgré toute leur bonne volonté, et de moyens suffisants octroyés par le Département?

Là encore selon le rapport de la CNSA  (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie) la situation se dégrade en Isère.

 

Que dire du manque de formations réclamées par les AVS/AESH et les enseignants, souhaitant offrir un meilleur accompagnement aux élèves concernés?

 

Que dire enfin des enseignants qui, malgré tout leur engagement, ne peuvent convenablement venir en aide à ces élèves parceque les classes sont surchargées?

 

Faut-il rappeler aussi ce facteur aggravant des RASED (Réseaux d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficultés) vidés de leurs personnels?

 

Ce n'est pas aux élèves et aux familles de supporter le manque de volonté politique, le manque d’investissement financier, le manque d’engagement de tous les décideurs du Département, de la Région, et de l’État.

 

Madame la Directrice d’académie, Madame la vice-présidente du Département, Monsieur le préfet, Messieurs les représentants des maires, chacun d’entre vous peut agir à son niveau par plus d’investissement, par plus d’engagement, pour qu’en Isère aussi l’inclusion scolaire soit un droit respecté par tous, pour tous les élèves du département.

Chacun d’entre vous doit prendre les décisions et les mesures qui s’imposent pour remédier au plus tôt à ce triste bilan.

 

Les élèves et les familles n’attendront pas plus longtemps que vous assumiez vos responsabilités.

L’inclusion scolaire doit devenir, en Isère aussi, un enjeu prioritaire.

La situation est inacceptable, inéquitable et injuste. Elle accroit la perte de chance des élèves en situation de handicap.

 

Le collectif d’associations, fédérations et syndicats prendra toute sa part auprès des familles et des professionnels en colère pour soutenir et relayer la condamnation de cette situation honteuse.

 

Le déni de droit institué en Isère ne peut perdurer.

 

Cosignataires de cette lettre:

 

                    

FCPE

 

Lettre ouverte à M. BARBIER, président du Conseil Départemental

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Lors de la séance du Conseil Départemental du 15 décembre 2017, vous avez ouvertement mis en cause les fédérations de parents d’élèves, nous reprochant de préférer des « postures idéologiques » plutôt que d’informer nos adhérents sur la nouvelle carte scolaire des collèges de l’agglomération grenobloise. En effet, selon vous, les parents d’élèves de l’école Grand Châtelet n’étaient pas au courant de la nouvelle carte scolaire avant de vous rencontrer.

Nous tenions à préciser un certain nombre d’éléments :

  • Nous n’avons aucun adhérent FCPE à l’école Grand Châtelet. Nous vous remercions de montrer l’importance de rejoindre une fédération pour être bien informés. Malgré nos efforts de parents bénévoles, nous ne parvenons pas toujours à convaincre tous les parents de la nécessité d’adhérer à une fédération de parents.
  • À plusieurs reprises, la FCPE a informé et consulté l’ensemble de ses adhérents de l’agglomération grenobloise, avant chaque réunion proposée par le Département. Nous avons, par exemple, réalisé un sondage auprès des parents d’élèves qui s’est même étendu à un périmètre plus large que nos seuls adhérents. Les résultats de ce sondage ont été inclus à notre contribution, communiquée au mois d’avril dernier, qui reprenait l’ensemble de nos propositions.
  • Pendant 18 mois, nous n’avons eu que très peu d’informations sur vos projets et aucun retour sur nos contributions. La carte scolaire imposée par le département nous a été communiquée le 13 novembre, deux semaines avant le CDEN extraordinaire consacré à cette question. Ce délai très court nous a malheureusement empêchés de mener une campagne d’information plus large que le périmètre de nos adhérents. Encore une fois, nous ne sommes que des parents bénévoles et nous n’avons pas les moyens de communication d’un département. Vous avez d’ailleurs informé la presse avant la consultation formelle du CDEN (Dauphiné Libéré du 18 novembre).
  • Le Département n’a pas tenu ses promesses d’organiser une réunion de concertation courant mai pour discuter les contributions des différents acteurs. C’est dommage, cela nous aurait permis de vous alerter plus tôt.
  • En revanche, nous avions bien détecté que l’école Grand Châtelet risquait de perdre son statut REP et nous avons alerté le Département et l’académie lors du CDEN extraordinaire. Nous tenons à votre disposition notre déclaration liminaire au cas où Mme Simon, vice-présidente chargée des collèges, qui était présente lors du CDEN, ne vous aurait pas tenu informé.
  • La perte du statut REP de l’école Grand Châtelet est l’une des raisons qui nous a fait voter contre la nouvelle carte scolaire. D’ailleurs, au cours du CDEN extraordinaire, la quasi-unanimité des membres (syndicats enseignants, municipalité) ont formulé les mêmes réserves que nous et ont voté contre le projet de carte scolaire.
  • Enfin, tous les parents de l’école Grand Châtelet n’étaient pas ignorants de la nouvelle carte scolaire. Un collectif de parents vous a envoyé une lettre ouverte à ce sujet en vous demandant de maintenir les moyens sur l’école Grand Châtelet. Nous avons d’ailleurs relayé cette lettre sur les réseaux sociaux.

 

Tous ces éléments montrent bien que le reproche que vous nous avez fait, en notre absence, n’est pas crédible.

Nous nous félicitons de votre décision de revenir en arrière en suspendant d’une année l’application de cette nouvelle carte scolaire pour l’école Grand Chatelet. Nous demandons que cette école garde son statut REP au-delà de ce délai.

Nous espérons qu’à l’avenir vous serez plus à l’écoute des fédérations de parents d’élèves plutôt que de rester sur des “postures idéologiques”.

 

La présidente de la FCPE Isère

Marie-Noëlle SARTER

Articles en vedette Articles à la une

 

Agenda départemental

Février 2018
D L Ma Me J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 1 2 3

Connexion espace réservé